mardi 18 avril 2017

Duologie the book of ivy



The book of Ivy et The revolution of Ivy de Amy Engel 

Je vous ai déjà parlé du tome 1 précédemment, alors je ne le referai pas dans ce billet.

résumé du tome 2
 Condamnée à l'exil pour ses crimes, Ivy se retrouve seule au-delà de la barrière qui protège les siens d'un monde hostile, dévasté par l'arme atomique. Trahie par sa famille, abandonnée par Bishop, elle doit quitter Westfall et s'enfonce dans la nature sauvage.


mon avis 
RRRRRAAAAAAAAAhhh ( oui ça vient du coeur) que j'ai aimé cette duologie. J'étais déjà bien emballée, embarquée, enthousiasmée par le tome 1.
Mais dans ce tome 2, on retrouve une Ivy en mode survivor, qui s'affranchit de sa famille, qui dit prout, qui dit F... Même si c'est progressivement, elle est blessée, elle est perdue, elle fait des rencontres plus ou moins heureuses, et elle se bat.
Et ça ça met plait. Elle sort de sa loyauté, de ses obligations familiales. Elle a été trahie ,et elle pense enfin à exister par elle-même.
Ivy n'est plus si naïve si innocente, si fragile et souple.
Ivy réfléchit.
Son histoire avec Bishop grandit, traverse des épreuves, et wouaaaa.
N'hésitez pas foncez, c'est du bonheur en page.

samedi 15 avril 2017

Le manoir celestial bois cachemire

   

La série LE MANOIR de Evelyne Brisou-Pellen éditions Bayard jeunesse
J'ai découvert cette série grâce à ma meilleure amie, qui le lisait l'année d'avant et a quelques tomes dans sa bibliothèque.
Parce que oui, quand tu es dévoreuse de livre, c'est utile d'avoir une pote à la compote qui est aussi dévoreuse, ça permet des échanges de volumes.

le résumé
 Après une grave maladie, Liam, 15 ans, est envoyé en convalescence dans un manoir isolé. Cette maison de repos, où il n’y a ni téléphone ni électricité, semble aussi abriter une section psychiatrique. En effet, l’un des pensionnaires se prend pour Léonidas, roi de Sparte ; un autre pour un pirate ; une jeune fille s’habille comme au Moyen Âge et une autre comme au XIXe siècle. Enfin, Liam apprend que des malades dangereux sont enfermés dans une pièce secrète de la maison. Il cherche à s’enfuir du Manoir, sans succès. Il renonce finalement à ce projet, d’autant qu’il a sympathisé avec Cléa, une jeune fille de son âge, qui semble profondément triste, mais saine d’esprit. Peu à peu, Liam va comprendre que tous ces pensionnaires sont morts, qu’ils sont des fantômes. Chacun doit régler un problème avant de pouvoir partir dans l’au-delà. Un jour, Liam découvre dans le bureau du directeur du Manoir une “carte d’éternité”. Sur cet écran géant, on voit en temps réel ce qui se passe dans le monde des vivants. Liam est le seul à pouvoir remonter le temps en agissant sur cette carte. Il va ainsi aider plusieurs pensionnaires à résoudre le problème qui les retient au Manoir…

mon avis  
C'est une chouette petite lecture. C'est du jeunesse, mais c'est du bon jeunesse.
On table sur des enfants de 9/10 ans.
Liam est attachant, il est un peu désappointé de se retrouver dans cet endroit étrange.
Il met pas mal de temps à se rendre compte de l'étrangeté des habitants du manoir.
Je me souviens de mettre dit, " hé petit gars tu ne vois pas qu'ils sont bizarres?"
Je l'ai mangé en très peu de temps.
Je me plongerai dans la suite avec plaisir.
Je l'ai réservé sur révodoc dans ma bibliothèque, alors pas de pression.

bois de cachemire durance
ce qu'en dit la marque

Un bois rare et tendre où les essences mystérieuses raffinées (cèdre, santal, cachemire) sont sublimées par une note ambrée, vanillée et voluptueuse.

mon avis
J'aime trois sortes d'odeurs : le sucre, le bébé, l'homme.
Bois de cachemire est un mélange des trois, c'est une odeur extrêmement réconfortante et du coup pour moi rassurante.
Oui on penche clairement vers une odeur masculine, mais elle est légèrement adoucie par l'ambre et la vanille, et donc nous n'avons pas l'impression de prendre une douche axe, mais plutôt d'avoir affaire à une odeur chaleureuse et accueillante.
Idéale en fin d'hiver, pour accompagner le plaid et le livre.
C'est à mon sens, l'odeur du foyer.

infusion célestiale 
J'avais l'habitude de m'acheter les sleepytime qui ont des parfums très agréables.
Cet hiver j'ai craqué sur deux parfums, le candy cane spécial Noyel et le Tchai.
Alors j'ai été un peu déçue du candy cane, parce que pour moi on perd beaucoup du côté bonbon, et on a  plus l'impression de boire une tisane à la menthe.
Par contre le Tchai, mmmm quel délice. J'ai pris l'habitude pendant l'hiver de me réveiller avec un Tchai thé latte maison. Alors c'est peut être pas le véritable mélange indien, mais ce n'est pas grave. On sentait bien la cannelle, le clou de girofle, la cardamome, avec un chouille de sirop d'agave et une larme de lait d'amande, le starbuck peut aller faire dodo !
Personnellement je trouve la marque chez sostrene grene, mais je crois qu'elle est disponible chez carrefour.


mercredi 12 avril 2017

J étais là gayle forman



RESUME  :  Cody a dix-huit ans. Elle n'a pas de père, mais une mère barmaid constamment en mini-jupe, et un avenir pas très rose depuis qu'elle a été recalée de la high school de Seattle qui aurait pu lui permettre de quitter enfin son « Shitburg » natal.

Mais tout empire le jour où Meg, sa meilleure amie, sa sœur de cœur, se suicide après avoir avalé une dose massive de poison dans un motel anonyme, non loin de la fameuse high school où elle, brillante boursière, avait été acceptée.

Lorsque les parents de Meg demandent à Cody d'aller récupérer les affaires de leur fille, celle-ci s'embarque pour Seattle, avec la ferme intention d'en savoir plus sur le geste de son amie.

MON AVIS  :
Ma lecture  remonte à loin maintenant, mais j'en garde un super souvenir. D'une façon générale je n'ai jamais été déçue par Gayle Forman voire j'ai été plutôt agréablement surprise. Dans mon souvenir lointain, Cody n'arrive pas à se situer, ni à affronter la mort de cette meilleure amie, elle ne comprend pas comment elle a pu passer à côté de son malêtre. Quand on se dit meilleure amie, on partage, on confie, et là Cody fait face à une inconnue. Alors elle cherche et elle découvre un engrenage morbide.
C'est très beau, très touchant et pas cucul pour un sous.

dimanche 9 avril 2017

Écharpe de mariage

   Je me suis mariée en février. Plein hiver, s'habiller en conséquence. Ma femme me dit : il me faut quelque chose autour du coup sinon je vais avoir trop froid. Et 3 semaines avant le jour j , elle me dit : tu ne pourrais pas me tricoter quelque chose.
Bon alors 3 semaines c'est juste, mais c'est jouable . Je sors ma rapido de phildar, je monte une quarantaine de mailles, et me voilà partie pour un bord de rang en point de riz et une grosse torsade en jersey. C'est doux c'est moelleux, c'est chaud, ça le fait.
Vous noterez le test sur soi même en pijama, mais hé on n'a la classe ou on ne l'a pas .

mercredi 5 avril 2017

Les ateliers tok tok

         

Pendant les petites vacances de février, j'ai inscrit les zous à un atelier tok tok du palais de Tokyo.
 http://www.palaisdetokyo.com/fr/evenement/les-ateliers-tok-tok

C'est un atelier de 2 h sans parents.
Ils visitent, gribouillent, dessinent, découpent, collent, les miens adorent ça .
Par contre, je ne sais pas trop pour quelle raison mes deux crottes ont été séparés chacun dans un groupe.
Selon leurs explications il semblerait qu'ils aient fait des choix de visite qui les auraient conduit à cette séparation, mais j'ai quand même l'impression, d'après ce qu'ils m'ont raconté qu'ils ont vus les mêmes choses, pas au même moment..

Ma poupinette a un peu flippé sa race à certains moments, parce que certaines pièces sont sombres, parce que dans l'exposition PAN, il y a un film de personnes qui font semblant de crier comme des loups...

Mais je trouve que les deux sont à des âges idéaux ( 5 / 7 ans ) pour aborder l'art conceptuel.

Pendant ce temps, j'en ai ( bien) profité pour me balader dans les différentes expos.
Et alors je pense que le Palais de Tokyo présente cet art abstrait contemporain totalement flou et obscure, qui peut être inaccessible. Mais moi je trouve ça très intéressant d'être intégrée en tant que spectatrice à une oeuvre, je ne cherche pas forcément à tout comprendre, je me laisse aller à m'interroger sur ce que ça me fait.
Et puis il y a toujours cette éternelle question de l'objet, et de sa représentation. Je pense à une oeuvre , un lavabo, une projection filmée dans le lavabo de l'eau qui coule, de mains qui lavent une tête d'ail, et un oignon en plastique posé dans le vrai lavabo. Ou est la fiction, ou est la réalité, l'objet réel devient une représentation de l'objet organique. L'utilité de l'objet lavabo, est montré par une représentation filmée...Bref tout ça tout ça .

On en est tous sortis un peu surpris mais amusés, et contents.
Filston a dit " ok je reviens demain", c'est bon signe.